Quand on aime pas être masser ?

Le rapport au corps passe par une histoire individuelle. Nous avons parfois besoin de retrouver notre bien-être mais un massage,  c’est hors de question. Simplement parce qu’être touché touche à ces propres limite. En effet celui-ci peut-être trop stimulant, réveiller des expériences corporel négative voir des traumatisme. Mais le corps peut appeler et réclamer du bien-être ou de l’être bien. Comment faire ?

img_9183C’est là que les bercements montrent tout leur intérêt. En effet, ceci permette de procurer les bénéfice du massage sans le toucher direct. Le tissus devient un médiateur du contact. Nous travaillons avec des mouvements soit par le rebozo, soit des hamac de yoga (dit hamac anti-gravaitié) pour offrir une solution intermédiaire. Cette technique convient particulièrement aux personnes avec une hypersensorialité.

J’ai eu l’occasion de travailler avec des enfants  qui allaient chez le kiné plusieurs fois par semaine. Les massages étaient pour associés aux soins nécessaires. Mais le bien-être  du contact bien qu’entretenue par les soignants compétent étaient difficile. L’appréhension de ces enfants étaient réel. Le tissus s’est posé comme un excellent intermédiaire.

Encore une piste sur les bercements rebozo et bien-être que nous allons explorer en formation.

 

Related posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *